Home Non classé Comment la créativité peut faire de vous un meilleur startupper ?

Comment la créativité peut faire de vous un meilleur startupper ?

Author

Date

Category

Que vous soyez à la tête d’une startup dans des domaines qui ne donnent pas envie de rigoler (euh au hasard, la finance, la data, l’immobilier, la banque) ou que vous soyez un ingénieur, geek et matheux, je suis sûre que vous êtes un grand créatif sans le savoir !

La créativité n’appartient pas qu’aux génies ou aux artistes. Eh ouais ! C’est sûr, à côté de Léonard de Vinci, Mozart ou Einstein, on part avec quelques wagons de retard. Mais sachez que même la personne la plus psychorigide sur Terre peut devenir créative. Il suffit de le vouloir très fort et de bosser pour y arriver.

J’ai lu un Koob sur le sujet qui s’appelle tout simplement “La boite à outils de la créativité” de Edward de Bono qui estime que toute idée nouvelle peut se muer en un projet innovant. Dit comme ça, vous pouvez être perplexe. Le but ce n’est pas de devenir le Steeve Jobs de demain (enfin si le coeur vous en dit, ne vous gênez pas !). L’idée c’est plutôt d’apprendre à réfléchir et à répondre différemment à des situations qui vous seront soumises.  En tant que chef d’entreprise, vous allez passer votre temps à devoir prendre des décisions et à résoudre des problèmes : et si vous appreniez à apporter des réponses inédites qui sortent des sentiers battus ?


Ce que je retiens, c’est que la pensée créative permet d’analyser une situation selon des angles différents et d’y apporter des solutions auxquelles nous n’aurions pas pensé. Le but c’est d’envisager toutes les hypothèses possibles.

Le meilleur moyen d’y arriver ? C’est d’utiliser la méthode des 6 chapeaux pardi ! Et clairement, c’est une méthode que j’affectionne quand je suis en face d’une problématique business ou marketing.

Créativité : c’est quoi la méthode des 6 chapeaux ?

C’ est l’art d’adopter un état d’esprit différent pour résoudre un problème donné ! Aussi simple et génial que ça. 🙂

Examinons ensemble ces chapeaux :

– le chapeau blanc, qui est neutre. Il énonce les faits sans émotions et en toute objectivité

– le chapeau rouge, qui permet d’exploiter ses sentiments, ses émotions ou ses intuitions

– le chapeau noir, qui est là pour voir le verre à moitié vide c’est à dire mettre en garde contre les dangers

– le chapeau jaune, qui met en exergue les aspects positifs et qui apporte une/des solutions concrètes

– le chapeau vert, qui encourage la nouveauté et explore toutes les idées même celles qui paraissent folles. C’est une sorte de savant fou

– le chapeau bleu, qui synthétise et qui est rationnel. C’est lui qui maintient l’organisation et qui fait l’arbitre parmi les autres chapeaux (pour que ça ne part pas en sucette)

Créativité : comment l’appliquer à vous-même ?

Rien de plus simple à vrai dire ! Quand on vous soumet un problème (oui en tant que chef d’entreprise, j’ai l’impression que l’objectif est de résoudre à 80% des problèmes) ou que vous devez élaborer une stratégie (nouvelle fonctionnalité, nouveau partenariat etc)  au lieu d’aller vers l’évidence, et de faire ce que tout le monde fait, portez tour à tour ces chapeaux.

Vous l’avez deviné les chapeaux verts et jaunes sont ceux qui devront prendre un peu plus de place. Si vous êtes trop en mode chapeau noir, vous risquez de tomber dans une profonde dépression, ce qui n’est pas le but de la manoeuvre.

Exemple de problème sur la thématique de la RH (vrai problème quand on est une startup serrée au niveau des sous) :

Imaginons que vous êtes en phase de recrutement et que vous avez un stagiaire que vous adorez. Mais voilà, d’après vos calculs sur un an, ça risque de vous coûter un peu cher… alors du tac au tac, vous décidez d’embaucher un autre stagiaire (à qui il faudra réapprendre, à peu près tout). Alors, on va se détendre et on va poser notre cerveau 20 secondes.

Selon la méthode des chapeaux voilà ce que ça pourrait donner :

  • chapeau blanc : on n’a pas les moyens d’embaucher en CDI notre stagiaire pour un an.
  • chapeau rouge : c’est dommage, ce stagiaire il est super, il ferait un membre de l’équipe génial ! Mais pourquoi on n’a pas d’argent !
  • chapeau noir : on n’a pas d’argent, c’est comme ça. L’embaucher c’est la pire chose que l’on pourrait faire. Cela coulerait la boîte à coup sûr.
  • chapeau jaune : l’idéal ça serait de pouvoir l’embaucher mais juste pour quelques mois. Un CDD ou en mission freelance, est-ce que ça serait envisageable ?
  • chapeau vert : on n’a rien sans rien. Autant l’embaucher, et même s’endetter ! Advienne que pourra !
  • chapeau bleu : garder le stagiaire et pouvoir le conserver dans l’équipe est une priorité. Au lieu de raisonner sur un an, raisonnons sur 6 mois.

Créativité : comment savoir que votre nouvelle idée est la bonne ?

Avoir des idées neuves c’est bien. Mais avoir des idées à la C.., c’est dommage ! Le but de tout idée, c’est de la réaliser. Et pour ça, il faut que ça reste réaliste.

Alors pour évaluer la pertinence de votre nouveauté, voici la méthode préconisée par le bouquin. Les critères d’évaluation d’une idée sont au nombre de quatre :

1- Listez les apports de votre idée. A ce stade, ce n’est pas bien dur : voir les bénéfices est un jeu d’enfant. Pour notre problème RH, l’avantage c’est de récupérer une personne qui connait le produit et qui sait bosser avec nous.

2- Etudiez la faisabilité. Matériellement et humainement, est-ce possible de l’accueillir. Juridiquement et administrativement, de quoi a-t-on besoin ? Le dit stagiaire est il d’accord ? Bah oui, car il peut très bien vouloir voir d’autres horizons !

3. Calculez les ressources. L’argent le nerf de la guerre. Pour 6 mois, en CDD, est-ce réaliste ? Combien cela va-t-il coûter ? Les charges patronales ? Les frais annexes ? Qui va manager la personne ?

4. Analysez la pertinence de votre idée en fonction des objectifs de l’entreprise. Si l’objectif de l’entreprise est de développer une nouvelle fonctionnalité technique, peut être que le stagiaire infographiste n’est pas la priorité. En revanche si le stagiaire a appris la compétence technique pour accélérer la création de ladite fonctionnalité, là on peut dire “banco”.

MAIS soyez flexible sur cette idée. Sachez abandonner l’idée innovante quand votre analyse vous révèle que ce n’est pas le bon plan du siècle !

En conclusion : tout le monde peut être créatif. Prenez l’habitude d’adopter plusieurs points de vue quand (surtout) vous devez résoudre un problème ou prendre une décision importante.

Inscrivez-vous et je vous dirai tout !

* indicates required


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Qui suis-je ?

Charlotte, 36 ans, co-fondatrice d'une legaltech, juriste connectée et Bordelaise ! Je suis passionnée par l'impact du digital sur les entreprises, l'innovation et le marketing 3.O. J'écris donc sur ces sujets avec une dose de second degré, tout en restant terre à terre ! En espérant que tout cela vous soit utile. 🙂

Recent posts

Comment gagner sa vie (un minimum) en attendant que sa start-up décolle ?

Lancer une start-up, ça veut dire s’appauvrir. 🙂 Oui, dis comme ça, c’est assez étonnant. Mais si vous entreprenez...

Les 10 conseils en or des plus grands copywriters américains.

J’ai travaillé il y a un mois comme freelance pour une autre entreprise que la mienne. Ma mission était de retravailler le...

Copywriting de soi-même quand on est timide : efficacité testée et approuvée !

Lancer sa start-up, rime également avec “se faire un réseau”. Vous n’y échapperez pas : tôt ou tard,...

Comment la créativité peut faire de vous un meilleur startupper ?

Que vous soyez à la tête d’une startup dans des domaines qui ne donnent pas envie de rigoler (euh au hasard, la...

L’innovation n’est pas un argument marketing (bien au contraire) !

Entre la blockchain, l’intelligence artificielle et la Startup Nation, on a l’impression que tout le monde est accro à l’innovation !

Recent comments